Un cri strident perça le rideau du monde, c’est Reine qui offrait sa naissance au peuple Béninois au sein de la collectivité royale Toffa

Portrait d'auteur

15 février 2018

Un cri strident perça le rideau du monde, c’est Reine qui offrait sa naissance au peuple Béninois au sein de la collectivité royale Toffa

Reine Oussou - BENIN

Un mois d’octobre de l’année de la revendication des droits de la femme et de la citoyenne, un cri strident perça le rideau du monde, c’est Reine qui offrait sa naissance au peuple Béninois au sein de la collectivité royale Toffa. Devenue tôt orpheline de mère, Reine gravit cependant les échelles de la vie et passa du CEFEB au Diplôme d’étude Approfondie. Née Oussou, elle porte par alliance Kpanou pour sa moitié René.

Reine vit deux passions : la couture et les lettres.  D’octobre 1997 à mars 2011 rigoureusement, elle s’est laissée enseignée par ses apprenants et découvrit des auteurs et des styles qui l’ont façonnée. Ainsi, entre 2001 et 2008, elle reçut quelques distinctions littéraires dont le Prix du Président de la République décembre 2007 remporté avec ‘’Ah ! Jérôme, la Racine !’’, le grand prix théâtre Afrique Francophone  à travers ‘’Les griffes de l’amour’’. Ensuite vient le roman ‘’Passion en chœur ‘’ et les essais ‘’ La littérature française par l’audio’’ et ‘’ L’hymne national béninois, un élogieux support d’ancrage historique au service de l’éducation, de l’humanisation et du développement’’. Actuellement, directrice de la promotion de la femme, du genre et du troisième âge, elle travaille sur ‘’le panégyrique clanique, un outil de réconciliation et de maintien de paix’’.

La trilogie de Ken Bugul : Le Baobab fou, Cendres et braises et Riwan ou le Chemin de Sable
Les fantômes du Brésil de
Florent Couao Zotti

Musique qui m’attriste : ‘’Ma vie est dans tes mains’’ de John Migan chaque fois que je me retrouve dans une situation peu heureuse.

Fermer le menu